PUB

Les secrets des contrats des pilotes usine !

Immersion au coeur des contrats. Chaque course que vous disputez, vous gagnez. Vous passez de la catégorie250 Novice à la catégorie 250 Pro en six semaines. Vous vous rendez sur une grande compétition et vous terminez troisième derrière Ken Roczen et Eli Tomac et soudain les offres de contrat pleuvent.

Chaque équipe veut que vous signiez sur la ligne pointillée, mais que signez-vous? L'équipe MXA vous propose de pénétrer dans le monde ultra secret des contrats usine. Nous allons révéler, pour la première fois, les clauses, conditions et amendements qui lient les pilotes à leurs équipes. Ce sont les secrets les plus intimes des pilotes d’usine et des équipes pour lesquelles ils roulent.

Obligations des pilotes

Les contrats comportent de nombreux articles, sous-sections et modifications, mais, si on en revient à l'essentiel, il s'agit des obligations qui incombent au pilote.

1. Le pilote utilisera la marque de moto de l’équipe conformément au calendrier convenu (en général, la série AMA Supercross et les AMA Nationals, ainsi que trois autres manifestations, nommées ultérieurement).

2. Le pilote roulera pour gagner, mais s’il n’est pas en position de remporter un championnat, il courra au profit de tout autre membre de l’équipe en position de remporter un championnat. Cela signifie que vous devez vous battre pour votre coéquipier (ce qui est illégal selon les règles de l'AMA).

3. Le pilote doit rester en parfaite condition physique. Si l’équipe met en doute l’état physique ou mental du pilote, celui-ci doit se soumettre à un examen approprié (l’équipe paiera les factures du médecin). L'omission de passer l'examen médical est un motif de résiliation.

4. Le pilote doit se soumettre à un test de dépistage de drogue avec un préavis de 48 heures. Le test peut inclure des échantillons de sang et d'urine, mais n'est pas limité à ceux-ci.

5. Le pilote doit, à tout moment, se conduire selon les normes les plus strictes en matière de sportivité, de convention sociale et de conduite morale.

6. Le pilote doit porter des vêtements approuvés ou fournis par l'équipe lors de toutes les courses et apparitions personnelles. Tout contrat d'habillement extérieur non approuvé par l'équipe sera considéré comme nul et non avenu. Habillement signifie de la tête aux pieds. Tous les vêtements approuvés seront listés au début de la saison dans un avenant au contrat.

7. L’équipe a le contrôle exclusif des endossements, parrainages ou licences du nom du pilote, de la photo, de la signature, de la ressemblance, de la voix et des caractéristiques personnelles. La propriété de l’équipe a préséance sur tout autre contrat de parrainage / endossement / licence.

8. Le coureur ne doit pas approuver directement ou indirectement un produit en concurrence avec un produit promu ou vendu par l'équipe. Cela comprend les VTT, les scooters, les motos, les accessoires, les pièces ou les options vendues par l’équipe. (Jeremy McGrath est apparu sur une photo du magazine Jet Ski à bord d’un Yamaha Wave Runner et a eu des ennuis.)

9. Le pilote travaillera en tant que pilote d’essai indépendant dans le développement des motos de production et de course de l’équipe. Les tests seront limités à trois jours par semaine (l'équipe promet d'avertir le pilote deux semaines avant la date des tests).

10. Le pilote se rendra disponible pour promouvoir les motos, la gamme de produits et les services de l’équipe jusqu’à 35 jours par an. Cela peut inclure les relations publiques, la signature d'autographes, les expositions de concessionnaires...

Quel est le rôle du team Factory?

Un contrat d'usine est un contrat dans lequel chaque signataire (coureur et équipe) doit faire sa part. Quel est le rôle de l'usine? C'est ce que stipule le contrat que l'usine doit appliquer.

1. L'équipe paiera au pilote les montants convenus.

2. Le pilote sera autorisé à conserver tout prix en argent.

3. L'équipe s'engage à faire tout son possible pour fournir au pilote une moto de compétition.

4. L’équipe fournira un mécanicien professionnel qui assurera l’entretien et le transport de la moto aux épreuves programmées. Dans de nombreux cas, le pilote peut nommer son propre mécanicien.

5. L’équipe n’est pas tenue de fournir un soutien à la course lors d’événements ne figurant pas dans le calendrier convenu. L’équipe n'envoie pas son camion, son mécanicien et sa moto à une course hivernale.

6. L’équipe contrôle le temps du pilote, au moins dans la mesure nécessaire pour s’acquitter de toutes ses obligations en matière de relations publiques, essais et course.


Les secrets 

Les usines gardent beaucoup de secrets. Ils ne souhaitent pas que leurs projets futurs soient divulgués à la concurrence (et cela inclut les détails de leurs contrats). Pour s'assurer qu'il n'y a pas de fuite, un pilote d'usine doit signer un accord de confidentialité.

1. Toutes les nouvelles idées, concepts, inventions, modifications et développements sont la propriété exclusive de l'équipe. Le pilote ne peut pas démarrer une entreprise au terme de son contrat avec les idées secrètes de l'équipe.

2. Le pilote assiste l'équipe dans l'obtention des droits d'auteur, marques de fabrique ou brevets en exécutant tous les documents demandés par l'équipe.

3. Le pilote ne doit pas divulguer le contenu ou les informations contenus dans son contrat à des personnes extérieures à l'équipe et à son propre agent sans consentement écrit.

Qui doit quoi?

L'une des raisons pour lesquelles Jeremy McGrath s'est séparé du système des équipes usine était de prendre le contrôle de son nom, de son image, de sa ressemblance et de ses sources de revenus. Ceux qui restent avec les équipes d'usine doivent renoncer aux droits de leur nom.

1. Le pilote doit accepter que toutes les représentations ou expressions, quelle que soit leur forme ou leur support, sont la propriété de l'équipe.

2. Le pilote accepte d'autoriser l'équipe à utiliser son nom et son identité pour vendre, promouvoir, distribuer, faire de la publicité ou octroyer une licence pour tout produit de l'équipe.

3. L’équipe n’a pas besoin du consentement du pilote pour utiliser son image ou sa ressemblance et le pilote renonce à tout droit à des redevances ou à des sommes résiduelles (et le coureur doit coopérer pleinement avec l’équipe). De plus, ces droits survivront à la résiliation du contrat.

4. Le pilote ne signera aucun accord de promotion, de parrainage ou de licence sans l'approbation de l'équipe. Tout contrat conclu par le coureur qui serait incompatible avec celui de l’équipe sera considéré comme nul.

En cas de blessure ça se passe comment?


Nous vivons dans une société litigieuse. Les équipes d'usine ne veulent pas être poursuivies par quiconque. S'ils avaient leur mot à dire, ils préféreraient que le coureur soit poursuivi en justice. Le contrat type d’entreprise couvre la responsabilité des équipes usine.

1. Le coureur, pour lui-même, ses héritiers et ses représentants légaux, libère l’équipe de toute réclamation ou responsabilité en cas de dommage matériel, de blessure corporelle ou de décès que le coureur pourrait subir en roulant pour l’équipe.

2. Le coureur s’engage à indemniser l’équipe contre toute poursuite, demande d’indemnisation ou responsabilité liée aux actes des coureurs.

3. Le coureur accepte de souscrire à sa propre assurance maladie et accident (y compris une assurance responsabilité civile générale) pendant la durée du contrat.

4. L’équipe ne fournira pas d’assurance médicale, de soins en salle d’urgence ni d’indemnisation des salariés pour le coureur.

5. Le coureur admet connaître les risques, les dangers, les aléas et les périls de la préparation et de la participation: (1) aux événements programmés, (2) aux événements non programmés, (3) aux événements promotionnels, (4) aux activités personnelles. et (5) l'utilisation de véhicules motorisés.

6. Le coureur est un contractant indépendant et ne doit à aucun moment être considéré comme un employé de l'équipe. Le contrat ne constitue pas un partenariat entre le coureur et l'équipe.


Et niveau justice?


Si vous êtes un champion, vous pouvez tout faire, mais si vous n’êtes pas un champion, c’est la partie du contrat que vous devez lire attentivement. Les pilotes usine peuvent être licenciés.

1. Le coureur peut être licencié avec un préavis de cinq jours pour rupture du contrat, absence de participation à des événements programmés (sans juste cause) ou condamnation pour implication dans un crime (ou violation de toute loi comportant un acte de turpitude morale ou un acte criminel). acte qui a une influence négative sur l’équipe).

2. Le coureur disposera de 30 jours pour remédier à toute rupture de contrat, mais aucun délai de grâce ne sera accordé en cas de violation de la loi.

3. Le contrat sera résilié à la fin de toute année civile au cours de laquelle le coureur décédera.

4. Si le coureur est blessé au point de ne pouvoir participer à la compétition, le contrat sera résilié s’il ne peut pas participer aux épreuves de la saison suivante.

5. Si le coureur est licencié pour l'une des infractions ci-dessus, il ne sera pas payé après la date de résiliation.

6. Si le coureur enfreint son contrat, il peut être poursuivi par l'équipe pour obtenir un redressement par injonction, y compris les frais de justice. (Kevin Windham a intenté une action en justice pour violation de son contrat controversé de Yamaha en 1999).

7. Dans le cas d'une action en justice résultant d'une clause du contrat, la partie perdante paiera les honoraires d'avocat de la partie qui gagnera.

8. Si le coureur ne respecte pas l'une des clauses de son contrat (obligations de base, confidentialité, prêt de motos, droits de propriété, calendrier des événements ou comparutions en public, par exemple), il est passible d'amendes pouvant aller jusqu'à 25 000 dollars par cas de non-respect. Il convient de noter que Honda inflige une amende à un pilote de 25 000 $ pour une infraction, mais que l’amende maximale de Yamaha n’est que de 3 000 $. Selon la rumeur, quand Ron Lechien était un pilote de l’usine Kawasaki, il a été condamné à l'amende la plus élevée de l’histoire pour ne pas s’être présenté aux séances d’essais.

J'ai le droit de garder ma moto Factory?

Les pilotes d’usine ne peuvent pas garder leur moto de course à part entière. En réalité, ils ont très peu accès à leurs moto de course. Les équipes d’usine gardent un contrôle total sur la moto que le coureur dispense dans les championnats nationaux et les supercrosses, mais le coureur reçoit une moto d’entraînement (normalement autant de motos d’entraînement qu’il en a techniquement besoin pour traverser une saison).

1. L’équipe s’engage à fournir au coureur des motos de course à utiliser selon le calendrier des manifestations convenu.
En outre, l'équipe remettra au coureur, par le transfert du titre, une moto d'entraînement et le nombre de pièces de rechange jugées nécessaires par l'équipe pour que la moto d'entraînement continue à fonctionner.

2. Le coureur ne pilotera pas dans aucune course qui ne soit pas dans le calendrier convenu des événements (à moins que l'équipe ne soit d'accord).

3. Le coureur ne prête jamais sa moto à un autre coureur.

4. Le coureur pilotera sa moto que sur des circuits ou des zones d’essais (à moins que ce soit légal dans la rue).

5. À la fin de chaque course, le pilote remettra sa moto de course à l'équipe. Si le coureur ne rend pas sa moto à l'équipe à la fin de la course, son salaire peut être retenu jusqu'à ce que la moto soit rendue.

Et niveau finance?

L'argent fait tourner le monde. Voici comment un pilote usine gagne sa vie. Si vous souhaitez savoir combien d’argent est dépensé et comment il est dispersé, consultez le numéro de mai 1999 de MXA pour consulter un article sur le différend contractuel de Kevin Windham.

1. Le salaire du coureur (également appelé indemnité de base) est versé en 12 versements égaux à la fin de chaque mois. La plupart des pilotes ont un salaire mensuel (avant impôts) compris entre 20 000 et 100 000 $.

2. Les bonus du pilote (pour les victoires et les championnats) seront payés lors du dépôt du rapport de course.

3. Le voyage ne sera remboursé aux coureurs que s’il présente des pièces justificatives (récépissés) et un rapport de course dans les 30 jours suivant le voyage.

4. Le pilote ne sera remboursé que pour le billet d'avion en autocar. Certaines équipes limitent les billets d'avion à 985 $ par course.

5. La plupart des équipes versent une somme forfaitaire au coureur afin de couvrir la location de voiture pour la saison complète. Le montant varie entre 2500 $ et 5000 $.

Motocrossactionmagazine