PUB

5 minutes avec Zach Osborne sur sa préparation, ses objectifs 2020 !


Il y a un peu plus d’un an, nous avons entendu beaucoup de choses sur Zach Osborne alors qu’il entamait sa première saison en 450. Ensuite, le double champion 250SX Est s'est blessé à la clavicule avant le début de la saison. Il est finalement revenu de sa blessure, mais il a fallu attendre l'avant-dernière manche dans le New Jersey où il a mené la course jusqu'à ce qu'une erreur le fasse passer deuxième. Il a terminé cinquième de la finale de Las Vegas, puis a commencé une ascension vers l'avant dans le championnat Lucas Oil AMA Pro Motocross jusqu'à ce qu'une blessure à l'épaule lui coûte une course.

Donc, deux blessures nous ont empêchés de voir tout ce que Zach pouvait offrir, mais il a quand même montré son potentiel. A t-il de nouveau la vitesse nécessaire? Peut-il tenir le rythme pendant toute la saison? Après que Zach ait terminé ses manches du lundi sur la piste d'essai Rockstar Energy Husqvarna, nous l'avons appelé pour vérifier ses progrès de pré-saison.

L'année dernière, nous avons entendu que vous voliez sur le test track, puis vous vous êtes blessé. Nous avons vu la vitesse lors de la course dans le New Jersey. C'était vraiment bien. Allons-nous revoir le vrai Zach cette année? 
Ouais. Je crois que je peux être de retour en pleine forme. Je crois que je suis peut-être en meilleure position maintenant que je ne l'étais l'année dernière avant la blessure. Il y avait d'autres facteurs attribués au démarrage lent, qui ne sont plus là maintenant. A la fin de la saison, les deux dernières courses ont été vraiment bonnes pour moi. Je pense donc que nous avons compris beaucoup de choses à la fin. Je me sens donc très bien sur ma moto. Je suis au top physiquement. C'est parti !

Je vais supposer ces changements que vous avez apportés pour ces deux dernières courses. Ce sont probablement de petites choses qui représentent une énorme différence. C'est ainsi que cela fonctionne à ce niveau?
Ouais. C'est exactement ça. C'est un jeu de pouces. Je pense que la différence pour la victoire et de huit ou dix dixièmes par tour, donc en pourcentage, c'est très faible. Donc, pour moi, nous cherchons toujours cette ligne fine. Je suis plutôt du genre à prendre un cadre que j'aime, à le monter jusqu'à ce que je sois à 100% sûr de chaque mouvement qu'il va faire, et ensuite nous pourrons nous adapter à partir de là le week-end. Je sens que je suis vraiment très bien en ce moment et je me sent confiant.

Vous n'avez pas encore eu une tonne de podiums, en 450SX. Donc, pour beaucoup de gars, ce serait une grosse évolution. Je ne pense pas que pour vous, c'est un grand pas mentalement de dire "Oh, mon Dieu. Je dois faire la course avec ces pilotes. Je dois me battre avec ces gars-là." 
Honnêtement, à un moment de ma carrière, je les ai tous affrontés, à l'exception de Chad [Reed]. Je suis là depuis aussi longtemps que tout le monde, voir plus. Je dois être à point et dans le rythme fondamentalement dès le départ. La saison outdoor était vraiment bonne jusqu'à mon petit incident où j'ai raté RedBud.


Pourtant, il y a toujours ce niveau de nervosité que tout le monde a, même dans les courses locales de classe C. Alors Anaheim 1 est toujours aussi fou. Il y aura toujours un certain niveau de nervosité, je pense? 
Bien sûr. Je suis probablement l'une des personnes les plus nerveuses de la ligne à chaque fois.

Sérieusement? 
Oui, il y a des histoires de vomissements et tout ça dans mon passé ou autre. Je pense qu'à un moment donné, cela m'a définitivement gêné, mais maintenant j'en suis arrivé à un point où j'ai vraiment l'impression que cela me profite parce que je suis tellement nerveux tout le temps, chaque course est mon Anaheim1. Donc A1 n'est qu'une course. Je peux en quelque sorte le tourner sous un jour positif, si vous voulez, parfois, être nerveux, c'est bien. Je pense que souvent, cela me garde fort. Je deviens même parfois nerveux pendant la semaine. Je dois affronter quotidiennement le champion de supercross de l'année dernière. Alors parfois, ça me rend nerveux. C'est un très bon pilote. Nous avons une grosse charge d'entrainement pendant la semaine. Il y a donc toujours de la nervosité en moi. Je pense que cela me gênait mais maintenant je suis arrivé à un point où je peux l'embrasser et l'utiliser comme une énergie positive.

Cela me choque toujours à quel point vous devez être capables de cacher cette nervosité. J'ai l'impression que quand je vous vois aux courses, vous vous comportez comme des gens normaux alors que vous ne vous sentez probablement pas normal. Je ne savais même pas que vous étiez comme ça. 
Oui et non. Rouler maintenant, surtout pour moi après 15 saisons, c'est ce qui m'est naturel. Je suis donc d'accord avec ça. Ce n'est pas un acte ou un front. C'est juste que j'ai appris à vivre avec. C'est devenu normal. C'est juste qui je suis, ce que je fais. Il n'y a aucun acte à ce sujet. Je suis nerveux et c'est le jour de la course.

Vous avez mentionné ce dont tout le monde aime parler. Vous roulez avec d'autres très bons pilotes. Tout le monde est cool? Quelqu'un s'est-il retiré? Tout le monde peut-il se regarder dans les yeux? Ou avez-vous de gros problèmes?
C'est juste moi et Coop en Floride, puis Jason a fait son truc ici en Californie. Alors évidemment, Marv a malheureusement été blessé pendant la pré-saison. Coop et moi sommes devenus de très bons amis au cours de la dernière année. Nous avons développé une bonne relation, une relation de travail et même un peu dans la vie privée, ce qui est plutôt cool pour moi. Bien sûr, il y a eu des périodes difficiles à des moments où la pression était élevée. Cette pré-saison a été certainement la meilleure de toute ma carrière, j'ai vraiment apprécié. Je pense que nous sommes vraiment bien placés pour démarrer la compétition. Fitness, moto, etc... C'est juste une sensation agréable d'être en bonne santé. Cela vous donne un peu de force supplémentaire quand quelqu'un souffre avec vous lors des journées difficiles. C'est motivant d'avoir un coéquipier.

Si vous étiez seul et que vous souffriez et que c'était dur, seriez-vous un peu nerveux en pensant: "C'est dur pour moi, et si ce n'est pas aussi dur pour les autres? Suis-je le seul à penser que c'est vraiment difficile?"
Oui, certainement. Lorsque vous êtes seul, les choses vont bien, mais vous vous demandez toujours ce que font les autres, quelle est leur vitesse ou quoi que ce soit. Quand vous êtes avec des gars qui ont un gros niveau, c'est un peu réconfortant de savoir que tant que vous faites le travail et que vous le poursuivez vraiment tous les jours, vous allez être préparé et vous allez être dans la bagarre.

Je sais que tu es un gars qui travaille dur. Je pense que tu aimes le travail. Cela signifie vraiment beaucoup quand j'entends quelqu'un comme vous dire que vous souffrez. Le niveau est-il si élevé que peu importe que quelqu'un aime s'entraîner, c'est encore plus dur que ça? 
Eh bien, plus jeune, j'ai toujours pensé que ce serait plus facile, ou pour les gars qui gagnaient, c'était facile. Et il y a des moments où certaines victoires dans la catégorie 250, les soirées où ça se passe vraiment bien et où vous avez un écart conséquent, et tout est parfait, ces jours sont faciles. Mais ce ne sont pas les jours pour lesquels vous travaillez dur. Les jours pour lesquels vous travaillez dur sont ceux où vous êtes cinquième au départ et c'est en quelque sorte le pire scénario.



Pour toi tu penses avoir eu une évolution car tu roules plus que auparavant?
Oui, à peu près. Voilà l'essentiel. Comme je l'ai dit, vous pensez toujours que lorsque vous êtes parfaitement en forme, ça va s'améliorer, mais il y a toujours cette chose. Un gars a franchi le cap du marathon de deux heures cette année. Peu importe combien il s'est entraîné, cela n'allait jamais être un exploit facile, et maintenant c'est comme, peut-il faire 1:58? Il l'a fait en 1h59. C'est juste du sport et c'est de la progression. Qui nous sommes en tant que personnes, juste à la recherche de la prochaine chose et du prochain exploit. C'est vraiment amusant de savoir à quel point je peux être bon ou comment je peux être en forme, ce que je peux faire dans le sport en tant que pilote.

C'est tellement sérieux à ton niveau. Ce que je pense c'est que certains pilotes doivent constamment se rappeler "Oh, attendez. Ceci est une place de rêve. Profitez-en. Essayez de vous amuser." 
C'est une sorte de forfait unique pour moi. Je vois cependant d'autres personnes dans le sport. C'est la position dans laquelle nous rêvions d'être. Il y a eu des moments de ma carrière où j'étais comme: «Mec. C'est dur. Je dois faire cette interview, ou cette obligation, ou quoi que ce soit. »Vous perdez une sorte d'appréciation. J'ai dû prendre du recul et me le rappeler. Mais je pense que le succès que j'ai eu au cours des deux dernières années et aussi ma famille, juste la vie que nous sommes autorisés à vivre de ce sport me motive vraiment encore beaucoup. J'aime rouler tous les jours.

Je dis toujours que 26, 27 ans est une sorte d'ère magique où tout le monde commence à avoir ce niveau de perspective. Ils recommencent à l'apprécier, et si quelqu'un arrive dans la trentaine, il semble qu'il l'aime plus que jamais. Vous devriez distribuer des cartes de visite aux plus jeunes lors de cette étape de burnout, qui se situe entre le début et le milieu de la vingtaine, et expliquer à quoi ressemble l'autre côté. 
Dites-leur simplement: «Non, faites-moi confiance. Dans cinq ans, vous allez être content d'être ici. » [Rires] C'est une sorte de position étrange. Même moi, je suis passé par là, surtout en 2015 et 2016 où j'étais vraiment, vraiment proche de gagner des courses et de faire ce saut là où je suis arrivé en 2017. Ce sont les moments les plus frustrants parce que vous êtes si proches. Au début, tu veux juste monter sur le podium. Ensuite, vous faites cela plusieurs fois et vous voulez être un gagnant. Ensuite, j'ai vécu ça pendant deux ans où j'étais si près de gagner. Même Coop et moi en avons parlé à quelques reprises. Il y a eu quelques victoires dont j'étais si proche en 2016. Comme au SX de San Diego. J'étais juste derrière lui. J'ai mené la moitié de la course. Je pense qu'il m'a dépassé dans les trois derniers tours à Santa Clara cette année-là, c'était si proche. J'ai eu cette conversation avec quelques personnes. À un moment donné, vous auriez tué pour cette deuxième place ou vous auriez été tellement heureux d'être sur le podium. Ensuite, la prochaine chose est que vous voulez juste gagner. Ensuite, vous êtes frustré d'avoir fait un simple podium. Il s'agit donc vraiment de cet équilibre et de la façon dont vous voyez les choses.

JASON WEIGANDT/RacerX