PUB

5 minutes avec Tanel Leok, ses débuts, sa saison 2019, son avenir

Le pilote Estonien, Tanel Leok, passe en revue la saison 2019 et nous explique ce qui le motive à rouler en motocross.

Tanel Leok est un vétéran de la scène motocross. Il a roulé au plus haut niveau et a été l'un des meilleurs pilotes du monde depuis plus de 18 ans. Il a commencé à rouler avec sa propre équipe, A1M Husqvarna, au début de l'année dernière. Nous avons discuté avec ce père de trois enfants de ses motivations, de sa situation actuelle et du secret derrière la façon dont il a pu continuer à rivaliser à un niveau aussi élevé pendant si longtemps.

Tanel, vous avez maintenant 34 ans et participez au Championnat du Monde de Motocross depuis 2001. Comment avez-vous fait pour réussir et survivre dans un sport aussi difficile?
J'ai commencé en motocross en tant que jeune garçon. Je suis immédiatement tombé amoureux de ce sport et je l'aime encore aujourd'hui. Je ne roule pas seulement pour réussir ou gagner de l'argent. Je peux accepter que les jeunes pilotes me dépassent parfois en course. Mon ego peut le supporter. Mais ne vous méprenez pas, je veux toujours faire de mon mieux mais je peux toujours être satisfait d'une course même si je ne termine pas dans le Top 10. En fin de compte, cela me suffit si je peux gagner suffisamment d'argent pour gagner ma vie. Je pense qu'il n'y a pas de meilleur travail que celui d'un pilote de motocross, c'est pourquoi j'aime tellement mon travail chaque week-end.

Quel âge aviez-vous lors de votre première course et avez-vous une idée du nombre de courses auxquelles vous avez participé depuis?
Je me suis assis pour la première fois sur une moto à l'âge de cinq ans et j'ai disputé ma première course à l'âge de sept ans. Je n'ai absolument aucune idée du nombre total de courses que j'ai disputées au total, mais il y a certainement eu plus de 250 courses sur le championnat du monde.

Quels ont été vos plus grands succès à ce jour?
Eh bien, je pense que ce sont mes deux titres de champion du monde junior et mes trois victoires en grand prix. Je considère également comme un grand succès le fait que j'ai participé à plus de 250 grands prix et que j'ai représenté mon pays 18 fois au Motocross des Nations, atteignant les finales environ 18 fois, la participation au MXoN ne compte que si vous parvenez à vous qualifier pour les courses du dimanche.

Quel est le conseil le plus important que vous puissiez donner à un jeune pilote en herbe?
La chose la plus importante est d'être très déterminé! Pour vous frayer un chemin sur le Championnat du monde, vous devez vraiment avoir l'envie et être prêt à travailler pour atteindre vos objectifs. Le talent seul ne suffit pas. Je n'ai peut-être pas beaucoup de talent, mais si quelqu'un arrive qui est talentueux et volontaire et prêt à travailler dur, quelqu'un comme Jeffrey Herlings, par exemple, alors vous découvrirez rapidement ce qui peut être faisable dans ce sport.


Vous roulez maintenant avec votre propre équipe et avec plusieurs pilotes sous votre auvent. Qui a roulé pour vous en 2019 et comment l'équipe est-elle organisée?
Nous ne sommes pas une grande équipe, mais bien sûr, nous avons nos mécaniciens et du personnel pour les différentes tâches. Curieusement, l'un de mes sponsors est aussi mon mécanicien. Nous sommes tous très proches et nous nous connaissons très bien. J'essaie toujours de faire les différentes tâches. Je conduis le camion, travaille sur les motos et dans les coulisses. Afin de bien diriger l'équipe, j'ai besoin de savoir ce que chaque rôle implique. Pas une seule minute je pourrais me voir travailler en dehors du motocross pour le moment. C'était aussi l'une des idées derrière la mise en place de l'équipe, et je continuerai peut-être une fois que j'aurai terminé la compétition. Mais pour trouver des sponsors, il faut aussi de très bons pilotes. Malheureusement, l'un de notre équipe, Roland Edelbacher, s'est blessé très tôt, et nous avons dû nous débrouiller sans lui pendant toute la saison.Nous avons donc recruté Cyril Genot dans l'équipe en remplacement vers le milieu de la saison. C'est un pilote talentueux et très prometteur. En dehors de lui, nous avons des membres de l'équipe qui participent aux championnats Européens et Nationaux.

Vous avez disputé toutes les courses du Championnat du monde cette année et presque toutes les courses ADAC MX Masters. En conséquence, vous n'avez pratiquement pas eu un seul week-end de repos. N'est-ce pas très stressant mentalement et physiquement?
Pas seulement le Championnat du Monde et les Masters! Je fais une course tous les week-ends depuis fin janvier! J'ai eu un week-end de congé lorsqu'une manche du championnat Néerlandais a été annulée, et c'était peut-être un peu trop, surtout quand on pense au nombre de déplacements pour se rendre aux courses. Nous avons aussi parfois eu des tests pendant la semaine, donc il y avait toujours beaucoup à faire.

Qu'est-ce qui vous a fait penser à participer à l'intégralité de la saison ADAC MX Masters en 2019?
C'est Roland Edelbacher, qui m'a donné l'impulsion initiale, car il voulait vraiment participer à la série. J'ai joué avec l'idée pour commencer et j'e me suis aperçu que tout le monde dans l'équipe pensait que je devrais également participer. Cependant, je m'étais déjà inscrit pour participer au championnat national chez moi en Estonie. Dans l'ensemble, c'était un peu trop pour moi, mais c'est comme ça que ça s'est passé. Cela aurait peut-être été mieux si je m'étais simplement concentré sur l'ADAC MX Masters et le Championnat du monde, mais ça s'est bien passé, en fait.

Beaucoup de pilotes de motocross raccrochent leur casque avant d'avoir 30 ans. Combien de temps avez-vous l'intention de continuer à rouler et quels plans avez-vous pour terminer?
Je vais être encore sur la moto en 2020. Je pense que je vais essayer de réduire un peu mon programme. Ce serait bien d'avoir un week-end de repos de temps en temps, mais j'aime toujours beaucoup le motocross. J'ai l'intention de continuer à condition que cela ne change pas et que je trouve suffisamment de sponsors pour faire avancer les choses. Nous devrons attendre et voir ce qui se passera après cela, mais j'espère que je pourrai rester dans le sport.