PUB

Gautier Paulin raconte son confinement et la suite de la saison 2020

Alors que nous continuons à traverser la longue pause du calendrier MXGP 2020 en attendant patiemment que le monde parvienne à vaincre le virus qui a provoqué une pandémie mondiale, il est intéressant d'observer la façon dont chaque individu gère cette situation sans précédent. Pour les pilotes comme Gautier Paulin du Monster Energy Yamaha Factory MXGP, le confinement n'est pas un problème.

"Personnellement, je ne suis pas complètement à l'écart de ma vie normale", a déclaré le Français de 30 ans. "En hiver, c'est comme ça pour moi. Je ne vois personne, je ne sors pas, je ne fais pas la fête, je ne fais rien à part manger et dormir, la famille et l'entrainement. Donc en ce moment, la seule différence est que je ne vois pas ma famille. J'ai tout ce dont j'ai besoin pour rester en forme et m'entraîner dans toutes les situations, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur, même pour des choses comme si le temps est mauvais, je vais m'entraîner à l'intérieur pour éviter de tomber malade et des choses comme ça. Je peux toujours continuer mon entraînement physique complet, bien sûr, je dois tout adapter parce que je suis quelqu'un qui aime faire du sport à l'extérieur autant que possible, et je suis comme ça depuis que je suis enfant mais avec mon entraîneur, nous avons adapté le plan, mais je m'entraîne toujours dans la zone que je souhaite."

Contrairement à la plupart des autres sports motorisés, le MXGP a réussi à compléter deux manches de la série 2020, à la grande surprise de Paulin qui est actuellement cinquième du classement du championnat "J'ai vu cela arriver, et jamais j'aurais pensé que ça devienne une pandémie comme celle-ci car personne ne pouvait l'imaginer, mais avant de partir pour le premier GP, j'ai dit à ma femme de simplement obtenir tout ce dont nous avons besoin pour le bébé en cas d'urgence parce que nous voyageons toujours partout et au cas où nous serions coincés quelque part, je voulais être sûr que nous avions le nécessaire pour le bébé."

"Après Valkenswaard, nous avons eu une réunion à 22h15 avec tous les membres de l'équipe et c'est à ce moment-là que nous avons tous réalisé que c'était sérieux. J'ai décidé d'arrêter de rouler directement pour ma propre sécurité et pour celle des mécaniciens. "
L'épidémie du coronavirus a été un coup dur pour de nombreux athlètes de haut niveau qui ont soigneusement planifié toute leur année sur la base du calendrier de 20 manches qui devait se dérouler de fin février à fin septembre, mais en dépit d'être l'un des Athlète le plus structuré et méticuleux de la grille, Paulin est prêt à adapter son régime. "Ce sera un défi difficile parce que j'ai commencé à m'entraîner très tôt l'hiver dernier, mais je vais bien", a-t-il assuré, "nous ne pouvons rien changer à ce que nous traversons en ce moment, nous devons juste prendre jour après jour. Je ne sais pas ce qui va se passer, si nous allons devoir poursuivre le confinement ou si nous allons pouvoir sortir, ou quoi. Évidemment, le prochain GP est prévu en Russie le 7 juin. Nous avons encore deux mois, mais qui a dit que cela arriverait? Donc, je continue de me concentrer sur moi-même et de toute façon je serai en forme. C'est ce que je dois faire pour mon travail, pour mon objectif et en fait j'aime rester en forme de toute façon, donc en fait je profite de cette situation folle."

Infront Moto Racing, les promoteurs du Championnat du Monde FIM de Motocross surveillent en permanence la situation et ajustent le calendrier si possible. À l'heure actuelle, il reste 18 manches, la saison s'étalant jusqu'en novembre. Le nouveau calendrier comprend désormais une série inédite de six Grands Prix consécutifs en juillet. "Nous devons maintenant courir six GP d'affilée et huit dans un très petit délai", a-t-il dit, "cela ne s'est jamais produit auparavant. Comment l'équipe va gérer cela, en particulier avec la saison qui se termine en Argentine ou en Indonésie ou dans des endroits comme ça, ça va être quelque chose de vraiment différent."

"Du côté des affaires, c'est vraiment un gros problème. Mais pour moi, la chose la plus importante est que tous les gars restent en bonne santé et que toute ma famille reste en bonne santé. Mis à part tout ce qui concerne le sport et les affaires, je ne me concentre que sur l'essentiel, à savoir que tout le monde soit en sécurité et en bonne santé. Et puis pour le côté sportif, je suis certain que ce serait un avantage pour moi parce que je suis en forme et je vais me préparer pour ça."

Le nouveau calendrier verra également le plus grand et le plus spectaculaire événement de motocross de l'année, le Monster Energy FIM Motocross of Nations, qui aura lieu au milieu de la saison à Ernée. "Il y a tellement de choses que nous voulons faire, mais nous ne pouvons pas avec les problèmes que le virus a causé." avant de souligner "Le motocross des nations au milieu de la saison n'a aucun sens pour moi. Cela a toujours été à la fin de la saison et l'événement est comme un gros cadeau pour tous ceux qui aiment le motocross. Nous célébrons la fin de la saison prouvant quelle nation a les meilleurs pilotes."

Un point d'interrogation plane également sur la rapidité avec laquelle les pilotes pourront se remettre en vitesse une fois que le monde reprendra, mais Paulin est confiant qu'il est prêt à recommencer dès qu'il n'y aura plus de risques. "J'ai une moto que j'aime, donc pour moi, reprendre la moto n'est pas un stress. Ma moto est finie, elle est prête, j'en étais déjà content aux premières manches, c'est déjà un grand pas. Quand nous pourrons à nouveau rouler, je me concentrerai entièrement sur le pilotage et non sur les tests ou quelque chose comme ça. Il est difficile de dire combien de temps il faudra pour être prêt sur la moto, car lorsque vous commencez à rouler, il y a beaucoup de choses qui peuvent arriver, ce qui signifie que nous avons besoin de plus de temps. En ce moment, ma plus grande inquiétude est ce qui va se passer si nous devons aller en Russie pour la troisième manche avec le virus étant toujours une grande menace dans le monde. Je ne suis pas inquiet d'être prêt à reprendre la moto, je suis prêt. Je suis absent depuis plus d'un mois, mais je suis chargé de motivation car je sais que ma moto est prête. Ma principale préoccupation est de savoir comment éviter de tomber malade lorsque nous recommençons à voyager et à rouler parce que ce sera comme jouer au poker."

Sur une note positive, Paulin et son épouse Clémentine ont accueilli leur premier bébé au mois de mai de l'année dernière et au milieu de tout le drame actuel, il ressent un sentiment de calme et de paix. "Je suis tellement béni pour tout ce que j'ai en ce moment. Toute ma famille est en sécurité, et je peux profiter de ces moments en regardant grandir mon petit. C'est vraiment sympa. C'est le meilleur cadeau que j'ai jamais eu, et j'ai l'impression que c'est un nouveau cadeau tous les jours dont je suis incroyablement reconnaissant."