PUB

C'est comment une semaine d'entrainement de Jeffrey Herlings?

Comment établir une bonne préparation dans un sport? Nous avons demandé à la star du MXGP, Jeffrey Herlings, de nous dire un peu comment il fait pour faire la différence en Grand Prix.

Il y a presque une compulsion fanatique et obsessionnelle pour l'entraînement et la préparation physique par ceux qui tentent d'atteindre le sommet du motocross. L'idée selon laquelle «celui qui travaille le plus dur triomphera» est vraie depuis des décennies, mais il y en a très peu qui contesteraient le fait que la récolte actuelle de pilotes de Grand Prix repousse les frontières du physique, de la vitesse et de la technique en dehors de la saison MXGP.

L'un des principaux athlètes qui traverse une nouvelle sphère de performance au cours des dernières années est l'officiel Red Bull KTM, âgé de 25 ans, Jeffrey Herlings. Grâce à une combinaison de pilotage inébranlable, des temps au tour inégalés, de l'agressivité et du peu de faiblesse, les conditions nécessaires au succès ont créé un fossé entre les pilotes dans la catégorie reine du Championnat du Monde FIM de Motocross.

Herlings a écrasé la compétition au cours de la saison 2018, sur 20 GP il a remporté 17 des 19 manches qu'il a disputées (et terminé deuxième des deux autres).


Pour 2020, Herlings adopte une approche modérée car en 2019, il a goûté à l'autre côté du spectre du motocross. Deux blessures ont limité son temps sur la piste et réduit son profil à celui d'un champion en titre absent. Sa gouvernance semblait être un souvenir lointain. «La pire année de ma vie», dit-il maintenant.

Le MXGP est furieusement imprévisible et cruel, mais l'influence du point de repère de Herlings 2018 se fait encore sentir. «Je suis allé à fond», se souvient-il. «Si 100% était le maximum [alors] j'en ai fait 110. J'ai regardé chaque morceau de nourriture que j'ai mangé, j'ai calculé le sommeil et le décalage horaire, j'ai bougé mon cul, j'ai laissé ma vie sociale de côté pendant près d'un an . C'était dur. Il est difficile de le faire, même pour quelques années, physiquement et mentalement. Cela valait la peine cependant de venir à ce niveau. C'était presque une année parfaite… »

Le quadruple champion du monde et leader de la série actuelle a été stoppé dans son ascension à cause du coronavirus qui a stoppé la saison. Herlings partage rarement sur les réseaux sociaux des révélations sur ses méthodes de travail. Donc, c'est grâce à KTM que Jeffrey Herlings s'est dévoilé un peu plus sur son programme hebdomadaire de préparation.


Lundi après un Grand Prix, je suis toujours à vélo…
Selon d'où je viens et à quelle heure j'arrive à la maison, cela détermine quand je vais sortir. Je roule même après une course difficile comme Lommel. Ce sera une sortie de récupération, comme une heure et demie, juste pour tourner les jambes et me préparer pour mardi. Je pratique toujours sur la route et généralement c'est l'été quand la saison a commencé, donc de mars à octobre. Quand c'est le mois de décembre et que la température indique -3 dehors sur le thermomètre alors je suis à l'intérieur! J'aime faire du vélo. La Hollande est vraiment bonne pour ça. Nous n'avons pas beaucoup de bosses, mais il y a des voies dédiées et beaucoup de variation. Il est bon de s'entraîner et de maintenir la fréquence cardiaque moyenne.

Donc, mardi, je fais de la moto…
J'essaie de piloter le matin, surtout en été, et je m'entraîne l'après-midi. J'ai cinq à six pistes sur lesquelles je vais habituellement parce que je peux y rouler quand je veux. Certains endroits ouvrent plus tard dans l'après-midi en été et je n'aime pas attendre aussi longtemps. Je préfère arriver et rouler de 9h à midi, rentrer à la maison, déjeuner et faire du vélo, du VTT, de l'aviron et de la natation après.

Mercredi c'est…
À peu près la même chose… mais au lieu de faire des courtes sessions, je vais faire des manches. Cela signifie exécuter des sessions de la longueur d'une course.


Le jeudi n'est pas une journée de roulage mais…
Je serai dans la salle de gym, puis à nouveau à vélo. J'utilise beaucoup le vélo car je ne peux pas courir! Mon pied n'a plus cette flexibilité; quand je commence à courir, je compense avec mes hanches et mon dos ce qui entraîne d'autres douleurs! Je peux faire beaucoup d'autres choses - natation, cross-training, aviron - mais la course c'est difficile.

Le vendredi est presque une journée libre mais…
Quand c'est possible, je fait plus d'aviron, de vélo ou de cross-training le matin avant de me rendre à une course. Je peut seulement de 9-10 heures du matin donc ce n'est pas fou, juste pour la circulation sanguine, comme le lundi et le reste de la journée est assez cool.


Et les temps de repos?
Je n'ai pas de jour fixe pour ça. J'aime sortir avec des amis. J'aime être à la maison quand je le peux. En pré-saison cette année, j'ai passé beaucoup de temps en Espagne, donc je ne les ai pas vus beaucoup, ma famille également. Avec l'âge, vous commencez à changer et vous commencez à apprécier différentes choses dans la vie.

En ce moment… c'est frustrant!
Évidemment, nous avons commencé 2020 en bonne forme avec des victoires en Angleterre et aux Pays-Bas, mais tout est désormais suspendu en raison des déplacements et du réaménagement du calendrier. Nous étions dans le sud de la France en train de nous préparer pour l'Argentine et quand nous sommes rentrés chez nous, tout a explosé, les pistes et les frontières ont fermée. Notre saison vient d'être prolongée de deux mois, et honnêtement, vous ne voudriez pas vous retrouver dans un hôpital avec une clavicule cassée en ce moment. Nous roulerons jusqu'en novembre et cela signifie une année complète d'entraînement.


Y a-t-il une récompense après une semaine comme celle-ci?
J'adore la crème glacée et les ribs! J'ai toujours des objectifs de poids, où je dis: "Je veux être à ce poids ou à ce poids à ce moment-là" et si je suis un peu en-dessous de cet objectif, je me récompenserai avec une glace.

Blog KTM/Adam Wheeler