PUB

Fabio Quartararo "Yamaha perd ses points forts chaque année à Jerez en MotoGP"


Le Français a marqué sa première pole MotoGP à Jerez en 2019 en tant que rookie et a remporté sa première victoire sur la piste en 2020, il était sur le point de faire de même en 2021 avant que des problèmes de bras ne le frappent, et a terminé deuxième en 2022.

Cependant, à la fin de la course de vendredi au GP d'Espagne, Quartararo n'était que 15e sur l'ordre combiné et devra faire face à une session Q1 qui mettra en vedette le champion du monde Francesco Bagnaia, le leader du classement Marco Bezzecchi et le vainqueur du GP des Amériques Alex Rins.

Quartararo dit qu'il ne savait pas "si j'allais finir" à chaque fois qu'il est entré dans un virage sur la M1 vendredi à Jerez et qu'il a l'impression que la moto est trop agressive.

"C'est difficile de dire ce qui ne va pas, mais tout, la sensation que nous avions aujourd'hui sur la moto, à chaque fois que j'entrais dans un virage, je ne savais pas si j'allais finir. Et le dernier tour, je m'améliorais, mais je me sentais déjà à chaque fois à la limite. Le problème est que nous ne savons pas pourquoi la moto est lente. La moto est agressive dans les virages. Donc, c'est difficile. Pour être honnête, chaque année ici, nous perdons nos points forts du passé. Disons que la vitesse que nous avions dans les virages il y a quatre ans était meilleure, [la moto avait] plus de stabilité. Et c'est ce que nous avons perdu. Ici, la vitesse de pointe n'est pas si mauvaise, car vous venez de virages rapides et vous n'avez pas autant de wheeling et ça aide. Mais il n'y a pas que ça en problème. Il y a beaucoup d'autres choses, et l'une d'entre elles est que la vitesse dans les virages que nous obtenons n'est pas bonne et que la moto est super agressive - pas parce que nous allons vite mais en plus d'être lente elle tremble beaucoup."

Quartararo était l'un des nombreux pilotes à ne pas utiliser de pneus tendres neufs lors de la séance matinale plus fraîche pour faire une attaque contre la montre, mais il estime que cela n'a pas contribué à sa difficulté en FP2 car "presque tout le monde s'est amélioré dans l'après-midi".

En ce qui concerne le reste du week-end, Quartararo concède - pour le moment - qu'il ne lui sera pas possible de répéter son podium du GP d'Espagne 2022. "Pour moi, non", a-t-il répondu lorsqu'on lui a demandé s'il était possible d'avoir une course à Jerez comme il l'a fait l'an dernier.

"C'est mal de dire ça, mais même sur le rythme on n'est pas bon. Si le rythme était bon et que l'attaque sur un chrono était mauvaise, vous pouvez toujours vous débrouiller. L'équipe me dit que le rythme n'est pas si mauvais, mais le rythme est mauvais parce qu'avec de nouveaux pneus, j'étais plus lent que beaucoup de gars. Donc, pour le moment aujourd'hui, il est impossible de faire une sorte de course comme l'an dernier."