PUB

5 minutes avec Jorge Prado, son année 2019, ses objectifs en MXGP, les US...

Lewis Phillips (MXVice) a eu l’occasion de rattraper Jorge Prado, deux fois champion du monde MX2, et d’examiner divers sujets. De sa dernière saison en MX2 à son avenir en MXGP. Le sujet des États-Unis est également abordé! 

Revenons sur ta saison. C'était évidemment parfait. Tu as gagné le titre. 
Ouais. Je l'ai dit plusieurs fois. Ce fut une saison géniale. Encore mieux que ce à quoi nous nous attendions déjà, remportant à peu près toutes les épreuves. Je suis si heureux de pouvoir y arriver car, comme tout le monde le dit, une fois que vous gagnez, il est toujours plus difficile de gagner. Je suis très heureux des progrès accomplis et de passer sur la 450 l'année prochaine.

Une chose dont je n'ai jamais parlé, c'est Uddevalla. Tu as remporté le titre là-bas, mais tu as également perdu le record de victoires consécutives. Je suppose que ce n'est pas un soucis, car tu as remporté le titre. 
Je pense que les choses sont comme ça. Lors de la deuxième manche, je partais et je me suis dit: "Maintenant, je veux vraiment gagner", mais peut-être que ma volonté de gagner m'a fait faire une erreur. Après avoir remporté le titre, la concentration était peut-être absente. Quoi qu'il en soit, je me sentais toujours bien. Je suis sorti. Je n’étais pas parfait au départ, alors je suis passé à la troisième place et j’ai commis une petite erreur. Je me suis écrasé, puis le levier de l'embrayage a remonté, de sorte que je ne pouvais plus utiliser l'embrayage. Cela a rendu les choses très difficiles sur une piste comme celle-là.

Heureusement, lors des derniers tours, j'avais un bon rythme et avec un des tours les plus rapides de la course, même sans embrayage. J'ai presque attrapé [Adam] Sterry. J'étais deux dixièmes derrière lui sur la ligne d'arrivée. Cela signifie deux dixièmes de la victoire. Tout le monde fait des erreurs. Je pense que c'est à peu près la seule erreur que j'ai commise. 

Tu as du parcourir aux alentours des 560 tours en tête alors que le reste de la catégorie c'est 44.
Oui, c'est beaucoup de tours ou tu peux faire des erreurs car tu as la pression pour maintenir cette position. Une chose est certaine pour moi cette année, je ne voulais pas obtenir une deuxième place ou une troisième place cette année. Pas content du tout, parce que quand tu sais que tu peux gagner car tu l'as fait dix fois de suite… 

Pour cette année place à la 450? Tu es évidemment prêt pour cela. Cette partie de ta carrière est terminée. Tu as remporté deux titres mondiaux. Au suivant…
Ouais vrai. Deux titres mondiaux, c'est beaucoup. Je suis tellement heureux. C'est le passé maintenant. J'attends maintenant avec impatience la nouvelle 450. J'ai passé un très bon moment sur la 250, de très, très bons souvenirs. C'est une moto dont je me souviendrai toujours. Elle m'a tellement donné. Je suis tellement heureux. Quand je pense au 250, un sourire me vient au visage. Les deux dernières années ont été un rêve. Cette année, je réalisais ce rêve chaque week-end. C'est le passé cependant. Nous devons maintenant regarder vers l'avenir et nous préparer pour la prochaine étape.

Que se passe-t-il depuis les Nations? Tu as eu des tests ou uniquement des vacances? 
Après les «Nations, j’ai pris des vacances, puis j’ai passé deux jours à faire des essais, puis des vacances. Maintenant, je commence à reprendre l'entraînement physique. Il était temps de prendre des vacances après une longue saison. L'année dernière, je n'en ai pas eu autant. J'ai dû subir une intervention chirurgicale pour mon coude. Cette saison, j'ai dit: "D'accord. Maintenant, je pars en vacances. détente, farniente. Mais les tests se sont bien déroulés.

Nous avons fait deux bons jours de tests. Régler la moto pour l'adapter à mon style. Lors des nations la moto n'était pas faite pour moi. Je ne pouvais pas dire réellement ce que j'aimais, car le temps manquait. Je n’ai pas trop roulé sur la 450 avant Assen. Maintenant, avec ces deux jours, nous nous sommes concentrés sur une bonne base. Je suis très heureux. KTM a fait un excellent travail.

Qu'en est-il de l'entraînement physique? Gym et des trucs comme ça? Ton programme change-t-il beaucoup avec ton passage en MXGP? La plupart des pilotes MX2 doivent rester sveltes pour rester sur une 250 mais tu n'as jamais eu ce problème.  
Nous avons discuté avec mon entraîneur, Claudio [De Carli] et tout le monde, afin de faire un bon programme pour l’année prochaine. Nous commençons maintenant et mettons tout en oeuvre pour travailler sur les choses que nous pensons pouvoir améliorer. Je suis très heureux. Nous le prenons très au sérieux. C'est un grand pas. Je suis également très heureux d'avoir de très bons gars qui m'aident à aller mieux physiquement et sur la moto. Nous devons travailler dur physiquement. Nous allons faire un pas parce que nous avons un programme d'entraînement dur pour l'année prochaine.

Ce sera ta première année sur la 450. Il y aura un processus d’apprentissage, mais nous avons constaté aux Nations que tu avais déjà un excellent niveau. Tu penses au titre mondial? 
Honnêtement, un top cinq serait très bien. Comptez les pilotes qui ont remporté des titres dans cette catégorie et il y a sept gars avec des titres mondiaux, mais il y a ensuite sept ou huit pilotes qui pourraient être sur le podium. Juste un podium dans la catégorie MXGP est un bon week-end. Cependant, en tant que pilote et champion du monde, tu essayes toujours de gagner. Peut-être que ce n'est pas possible Peut-être que oui, mais si ce n'est pas possible, je vais essayer. Nous ne ferons que progresser au cours de la saison. J'aimerais ne pas me blesser, car c'est quelque chose qui freine votre progression et votre croissance. 

Savoir que la catégorie MXGP sera compétitive, comme tu viens de le dire, est-ce réellement excitant pour toi? 
Ouais. Si j'arrive à me battre avec ces gars-là (Herlings, Cairolie, Gajser), cela signifie que je suis déjà à un bon niveau alors j'espère que oui. On verra. Nous verrons comment ça se passe. Ça va être amusant.

Tout le monde pensait que tu allais partir en Amérique. Cela n'est pas arrivé, tu restes quatre ans en MXGP. Cela n'a pas tué le rêve américain, mais cela va évidemment rendre la tâche plus difficile si tu veux partir. Qu'est-ce qui a motivé cette décision et l'Amérique c'est toujours dans tes pensées?
Je suis très heureux avec l’équipe Red Bull KTM Factory Racing. La structure de Claudio De Carli a été incroyable pour moi. Lorsque vous vous sentez à l'aise dans une équipe et que tout est correct, vous n'avez pas besoin de bouger. Il sera difficile de trouver quelque chose comme ça. 

Je suppose que la bonne chose pour toi est d’avoir confiance, de savoir que si tu veux rouler un jour en supercross, tu peux te lancer il y a pas de soucis. 
Ouais. Je pense aussi avec le soutien de l'équipe Red Bull KTM Factory Racing, ils m'ont toujours soutenu. Je pense que si un jour je veux déménager en Amérique, ils seront là pour me soutenir. Je n'en doute pas, car ils ont toujours été là. Si jamais je veux y aller, ce ne sera pas un problème, je pense.

Dernière chose, quel est le plan à partir de maintenant? Nous avons parlé de ce que tu avais fait depuis les Nations, mais les choses vont-elles devenir vraiment intenses ou est-ce encore assez tranquille?
Ouais. De l'entrainement, les réglages de la moto et une préparation en douceur. Il faut beaucoup d'heures sur la moto, mais faut savoir se calmer. Je dois faire des courses cet hiver, nous verrons. Matterley Basin va arriver vite, nous verrons. Espérons que ce ne soit pas boueux [rires].