PUB

5 minutes avec Bernard Kerr, du VTT à l'ouverture du SX à Anaheim en 2020 !


Aaron Gwin, Angel Suarez et Dakotah Norton sont tous d'anciens pilotes de motocross qui ont tous réussi à franchir le cap de la Coupe du monde de descente, mais qu'en est-il d'un coureur de DH qui se dirige vers le SX? Cet hiver, Bernard Kerr espère faire la transition et s'essayera au supercross lors de l'ouverture de la saison à Anaheim. Bernard s'envole pour la Californie afin de passer un mois à se préparer pour l'événement qui aura lieu le 5 janvier prochain.

D'où est venue l'idée de courir à Anaheim?
"Le supercross a toujours été un rêve d'enfant. Nous plaisantions et buvions quelques bières un jour en Nouvelle-Zélande il y a trois ans et j'ai sorti "Ouais, je vais essayer, je te parie cinq mille dollars d'ici 2020, que j'arriverai à Anaheim 1 en Amérique." Avance rapide de trois ans et nous sommes ici maintenant."

Quel a été le processus après ton engagement?
"Achetez une moto, pratiquer le supercross, puis j'ai un ami au Royaume-Uni, Jordan Booker, nous avons donc construit une piste de supercross sur son terrain, mais il y a eu de la pluie tous les jours depuis. J'allais faire 20 jours au Royaume-Uni et partir en Californie mais j'ai fait sept jours au Royaume-Uni et je vais en Californie la semaine prochaine maintenant (début décembre)." 

"Je suis vraiment chanceux d'avoir Maxxis et Fly qui sont de très bons sponsors. Maxxis m'a décroché une moto de Jeremy McGrath."

"Je vais y aller pendant un mois et donner tout ce que j'ai pour essayer de devenir bon. Je peux parcourir toute la piste maintenant, j'ai passé un triple, je peux traverser une section rythmique, je peux traverser les whoops"


"Le pire que je puisse faire, c'est échouer. Les gens pourraient se moquer de moi, mais au moins j'essaye. Je préfère relever ce défi maintenant plutôt que d'attendre 40ans et me dire: «Pourquoi n'ai-je jamais essayé cela?» C'est ambitieux, je sais, mais le pire que je puisse faire est d'échouer."


Quel est le processus pour entrer dans la course?
"Vous achetez simplement une licence. Vous obtenez une licence ACU au Royaume-Uni, puis vous demandez une licence FIM, vous faites un examen médical et ensuite je peux simplement intégrer la compétition, ce qui semble fou.

Je vais m'installer dans le stade le 4 janvier et commencer les essais. Ensuite, vous avez deux sessions chronométrées de 10 minutes avec autant de tours que vous le souhaitez et vous devez obtenir un temps dans le top 40.


L'année dernière, 56 personnes se sont présentées, 40 se sont qualifiées et je pense que vous devez être environ 8 secondes plus lent que le gars le plus rapide au monde sur la piste. Donc, s'il a fait un tour de 50 secondes, vous devez faire un tour en 58s pour y arriver.


C'est un peu fou seulement 56 pilotes participent
"Je sais, mais je suppose que ce sont les 56 meilleures pilotes au monde. Même si vous êtes vraiment bon sur une piste, c'est assez effrayant. Je savais que ce serait difficile mais les sauts sont si raides et effrayants et vous avez d'autres pilotes autour de vous."

C'est un bon entraînement pour la descente, n'est-ce pas?
"C'est ça. Je vais en Californie car il fait tellement mauvais ici maintenant. Après Anaheim j'ai encore deux mois pour m'entraîner pour Crankworx en Nouvelle-Zélande puis pour les Coupes du monde, donc je vois cela comme une chose positive."

"J'espère que je vais avoir une grande couverture médiatique. Ça devrait être vraiment amusant et je vais rencontrer des héros d'enfance aux États-Unis, ce qui est vraiment cool en soi. J'adore tellement les motos, je pense que tous les vététistes souhaitent un jour faire de la moto."