PUB

Dakar 2020 : Ricky Brabec "En rallye, tout peut changer. Mais ce qui compte vraiment, c'est de franchir la ligne en premier"

Ricky Brabec (Mira Loma, Californie, 21 avril 1991) s'est révélé être l'un des favoris incontournables de la dernière édition du Dakar. Le pilote aurait même pu s'emparer de la gloire finale sans un revers mécanique. Originaire du désert californien, cette star en herbe du Team Monster Energy Honda est, une fois de plus, prête à briller dans la course la plus importante de l'année.

Comment vous sentez-vous physiquement et comment se déroulent les préparatifs du prochain Dakar? Qu'en attendez-vous?
Physiquement, je me sens vraiment bien. Mentalement, je travaille toujours dessus. J'ai eu une passe difficile sur le Dakar 2019 et c'était assez difficile de remonter en selle et de pousser pour la victoire après celle-là. Il y a beaucoup d'émotions et de sentiments mitigés. Mais malheureusement, ce qui est fait est fait. Alors maintenant, nous devons pousser et, espérons-le, gagner en confiance et en vitesse alors que nous nous dirigeons vers le Dakar 2020 avec plus de confiance et, espérons-le, avec un peu plus de vitesse.

Lors du dernier Dakar, vous avez fait un grand pas en avant et vous meniez le rallye jusqu'à quelques jours de l'arrivée. Au prochain Dakar, vous serez l'un des favoris de la victoire.
Être l'un des favoris est cool, mais il y a beaucoup de gens qui pensent que si ils sont préférés, ils auront beaucoup de "lièvres" pour les soutenir, mais pour moi, venant d'Amérique, nous faisons beaucoup de choses différemment. Je ne m'attends pas à ce que d'autres pilotes roulent pour moi et je ne vais pas rouler pour d'autres pilotes. Nous sommes tous dans la course. Nous essayons tous de gagner. Mais à la fin, quand l'un de nos coéquipiers gagne, oui, ce gars a gagné, mais toute l'équipe gagne aussi. Pour moi, je ferai de mon mieux au Dakar. J'espère que je pourrai sortir vainqueur et rendre tous mes amis et ma famille fiers.


Est-il préférable de commencer la course en tant que favori ou en arrière-plan?
Pour commencer en tant que favori, je pense que vous pourriez avoir beaucoup de poids sur vos épaules parce que tout le monde vous regarde. Mais je préfère commencer en tant que outsider, puis progressivement arriver dans le haut du classement "Hey! Je suis ici." Il y a une quinzaine de coureurs qui pourraient gagner le rallye, donc ce n'est pas facile. Chaque jour, tout peut arriver et tout change. L'idée est de faire une très bonne première étape et de démarrer le rallye sur une bonne note. Espérons que l'organisation joue la carte de la sécurité. Tout change à chaque kilomètre. Ce qui compte vraiment, c'est de franchir la ligne en premier.

Le rallye va changer cette année car ils vous donneront le roadbook le matin. Vous en avez déjà fait l'expérience au Maroc. Comment la course changera-t-elle avec cette règle?
Nous aurons des roadbooks pré-peints. Dans quatre ou six jours, nous recevrons le roadbook le matin. Cela ralentit définitivement le rallye et incite les pilotes à réfléchir un peu plus. Nous ne nous contenterons pas de mettre le nez dans le guidon et de voir les couleurs comme d'habitude et de savoir ce que nous allons faire. Ce sera plus égal. Vous ne voulez pas être vraiment loin devant ou vraiment loin, vous voulez toujours être conservateur et cohérent et juste : si vous commencez par la première place, vous allez être le premier à ouvrir avec un roadbook que personne n'a vu. Cela peut entraîner beaucoup de temps perdu. Vous pouvez terminer cinquième ou dixième tous les jours, vous ne perdrez pas beaucoup de temps, mais vous ne gagnerez pas beaucoup de temps. Vous serez toujours dans la bagarre. Alors vous entrez le dernier jour et vous attaquez. Je m'entraîne avec le nouveau roadbook chez moi du mieux que je peux. J'espère que je pourrai entrer sur le Dakar avec une grande expérience du nouveau roadbook et être plus à l'aise quand j'y serai.

L'Arabie saoudite est un nouveau pays, donc pour cette année tous les pilotes arrivent dans les mêmes conditions.
Nous allons dans un autre pays, l'Arabie saoudite, donc personne ne connaît le pays et personne n'a la moindre idée de l'itinéraire. Nous arrivons tous de façon assez égale, sans savoir ce qui se passe. Ça va être plus juste. Vous savez, ça ne va pas être "Hé, je connais un gars qui dit que c'est comme ça ou quoi que ce soit." Nous allons tous à l'aveugle. Nous allons tous entrer sans savoir à quoi va ressembler chaque jour. Nous allons au Pérou, nous allons en Argentine, nous allons en Bolivie, nous allons au Maroc, nous allons à Dubaï et nous pouvons aller au Chili et nous savons déjà ce que chaque jour va être en regardant où nous allons ou par ce qu'ils nous disent. Cette fois, nous allons en Arabie Saoudite où nous n’avons jamais couru auparavant. La nouvelle génération n'y a pas couru. Nous allons donc ne rien savoir. Ils vont nous dire à quoi ressemble la scène et c'est tout ce que nous allons savoir. Donc ça va être plus juste. Tous les pilotes reçoivent le même roadbook, à la même heure de la journée. Je pense que le rallye va se résumer non seulement à la vitesse, mais à être intelligent et collectif.


Cela pourrait-il être bon pour vous?
J'espère. On verra à la fin du Dakar.

Vous êtes américain et vous vivez en Californie. Si vous revenez à vos premières courses sur terre ou dans le désert, avez-vous déjà imaginé qu'un jour vous serez favori du Dakar, la course la plus difficile du monde?
J'aurais fait beaucoup de choses différemment si j'avais su que j'en serais là aujourd'hui. J'aurais probablement mieux fait attention en classe de mathématiques à l'école. J'aurais probablement moins de tatouages ​​... Je n'aurais probablement pas grandi comme un enfant punk ... Je ne sais pas. Je n'ai jamais pensé que je prendrais les commandes du Dakar, mais en 2019, je le faisais, et je pense qu'il me reste un petit combat pour le faire en 2020.

Quand tu as commencé à rouler, connaissais-tu le Dakar?
Non. Je ne connaissais pas le Dakar avant 2008. Un de mes amis est venu regarder le Dakar. Je regardais Quinn Cody et Robby Gordon.

Appart la moto de rallye… Votre entraînement normal se fait avec un vélo?
Je fais du vélo, je fais du VTT, je fais de la descente… Je vais à la gym, du motocross. Randonnée… Je fais beaucoup de choses parce que je déteste rester assis et je déteste m'asseoir à l'intérieur et je déteste regarder la télé. J'essaie donc de faire quelque chose que ce soit en jouant dans le camion ou sur des sentiers en faisant de l'Enduro, du VTT, en allant au bike park, de la randonnée avec des amis, du camping…

Y a-t-il un terrain en particulier auquel vous êtes habitué?
Le terrain près de ma maison est comme au Maroc. Vraiment rugueux et vraiment sec. Nous avons de nombreuses dunes près de chez moi où je fais mon entraînement et la Baja 1000 est très proche de chez moi. C’est exactement comme au Maroc. J'espère que ce sera comme l'Arabie saoudite, donc je me sentirai à l'aise.