PUB

5 minutes avec Shaun Simspon

Shaun Simpson est le roi des médias. Toujours prêt pour une bonne conversation, donnant à ses fans un très bon aperçu de sa saison, quelque chose dont de nombreux pilotes pourraient apprendre. Ici, il nous explique le motocross et ses courses.


"Combien de fois avons-nous dit aux autres et à nous-mêmes des «moments étranges»? Ces quelques mois ont été effrayants, alors j’espère que tous ceux qui liront ces quelques lignes ont pu rester en bonne santé et n’ont pas vu leur vie trop bouleversée.

En tant que pilote professionnel et sportif, la pandémie et la grande «pause» qui s’est présentée à nous étaient sans précédent. Je veux dire, nous faisons face à des blessures tout le temps en motocross, mais nous travaillons toujours avec une sorte de calendrier de récupération ou un calendrier optimiste pour revenir à quelque chose qui est notre travail et notre passion. C'était le cas pour tant de gens, mais notre mode de vie général s'est arrêté si rapidement en mars.

Nous avons eu un début d'année régulier avec les internationaux de pré-saison et les deux premiers Grands Prix, mais l'ouverture du championnat britannique a été annulée, tout comme le voyage en Argentine, alors nous sommes rentrés chez nous au début du confinement. J'avais du mal à accepter que tout le monde était coincé à la maison et ne roulait pas. J'envoyais quelques messages à d'autres gars parce que j'étais vraiment curieux de savoir si certains s'entraînaient encore ou s'ils étaient capables de rouler où qu'ils soient. J'ai vite décidé de prendre trois à quatre semaines de congé et de recommencer à travailler car il était clair que le championnat du monde était dans une impasse qui ne devait pas disparaître rapidement. Rouler à nouveau ces dernières semaines est quelque chose dont j'avais vraiment besoin. J'avais l'impression qu'il y avait un grand trou dans ma vie.

C’est vraiment bien maintenant d’avoir un objectif final, nous allons à nouveau courir. Nous n’avons pas eu cette date «sûre» depuis quelques mois et c’était bizarre. C'était difficile de s'entraîner, de s'entraîner et de rouler sans aucune cible pour la compétition. Dans l'état actuel des choses, le MXGP aura quatorze dates avec quelques nouveautés à gérer : des triples GP en Lettonie et en Belgique, je ne suis pas du genre à me plaindre d'un peu de sable! Des pistes inversées, des paddocks restreints et un format d'une journée. Je suis fan du nouveau calendrier. Le Samedi ne veut pas dire grand-chose. Ce n’est que du spectacle pour la foule qui est là.

Cela fait partie du travail bien sûr, mais je pense que le côté course, comme les réglages et les qualifications, peut être fait dimanche matin. 2020 a déjà été si différent qu'il est en fait curieux que nous puissions expérimenter le calendrier. Je pense qu'avoir trois GP sur un même site sera amusant. L’atmosphère sera absente, surtout si les foules sont inférieures à 1000 personnes, mais ce sera aussi passionnant et vous devrez apporter votre bonne forme instantanément les dimanches et mercredis, il n’y aura pas d’échauffement le samedi.

Par le passé, j’ai été assez bon dans les courses de qualification un samedi et moins bon le dimanche. Cela pourrait me convenir. Nous devons absolument terminer la période de trois mois et demi sans aucune blessure. La cohérence signifiera toujours une solide position au championnat. Les sites sont assez sûrs et bien connus; tout en Europe sauf pour l'Argentine. L'autre qui sera un peu difficile est la Turquie. Alors que nous rédigeons cette newsletter, nous attendons toujours la confirmation des dates britanniques. Ce serait formidable de relancer les courses. Le COVID-19 est présent mais j'espère juste que nous pourrons être intelligents et y faire face du mieux que nous pouvons afin que nous puissions recommencer à faire ce que nous aimons.

En ce moment, j'ai vraiment hâte de monter dans la camionnette et de me rendre en Lettonie pour me préparer pour une longue semaine à Kegums, ce qui sera bizarre! C’est définitivement le mot de l’année jusqu’à présent."

SS24 KTM MXGP a travaillé sur des réglages, des spécifications de course pour la KTM 450 SX-F pendant la période de confinement et l'un des principaux changements techniques a impliqué une collaboration avec la société néerlandaise Carrot pour l'électronique de gestion du moteur. Carrot se spécialise dans les systèmes personnalisés.

"C’est un projet en collaboration avec John Volleberg chez Volleberg Motorsport et ces gars-là travaillent déjà et sont présents en karting", dit Shaun. "Ils se lancent dans le motocross et nous sommes honorés de travailler avec eux."

"J'ai moi-même été sur l'ordinateur portable pour m'impliquer dans les données", ajoute-t-il. "Le travail principal a été l’amélioration de mes départs en course et de me faciliter la tâche pour sortir de la grille. L'ECU peut faire quelques petits trucs intelligents avec certaines quantités de puissance à certains moments pour aider à la traction depuis la grille de départ et dans le sable autant que possible dans la ligne droite de départ. Nous avons travaillé dur, mais nous avons hâte de revenir en Belgique pour nous impliquer encore plus dans les possibilités et déployer la nouvelle version pour les prochains GP."

"Comme je l’ai écrit, l’absence d’objectif final est également un facteur. Prenons l'exemple des Jeux olympiques; les athlètes savent qu'ils ont des jours, des semaines, des mois et même des années pour se préparer à une phase cruciale.

Avec le motocross, vous devez vous assurer que vous êtes prêt pour la première course, mais faut avoir le niveau pour tenir jusqu'à la fin d'une saison. Cette fois, nous ne savions pas quand la saison allait commencer et combien de temps elle allait durer! Nous devions «tourner la page» et faire le travail sans brûler trop d’énergie.

J'ai commandé une corde à sauter et des haltères en ligne. Le reste impliquait la course à pied, le cyclisme et le cardio. Je vais rouler sur une distance d'une manche, donc quarante minutes maximum. Il y a quelques fois où vous roulez un peu plus longtemps, juste pour l'endurance et pour jouer avec le tempo. Pour le vélo, je vais faire environ 90 minutes.

Sinon, ce sont des exercices de poids corporel, il y a des tas d'exercices que vous pouvez faire. En travaillant avec mon entraîneur, Kev Maguire, nous avons fait quelques séances sur zoom en ligne le soir et c'était plutôt cool parce que nous n'avons pas toujours la chance de travailler dans la salle de sport ensemble. Il pouvait vérifier mon formulaire et comment j'allais. Je pouvais envoyer mon rythme cardiaque et d'autres données et j'ai aimé cette interaction.

Pour tous ceux qui ont du mal à monter souvent sur le vélo mais qui veulent quand même travailler leur forme, essayez simplement de faire trois ou quatre bons jours d'exercice pendant la semaine. Si vous ne le ressentez pas vraiment un jour, reposez-vous et revenez-y le lendemain. Vous ne voulez pas que ce mode se dissipe et vous ne faites rien

Le régime alimentaire est une autre partie et essayer de garder cela sous contrôle pendant ces périodes. La résistance! En tant que pilote de motocross, la quantité de calories que vous brûlez en roulant 3 à 4 fois parfois 5 fois par semaine est énorme. Vous brûlez beaucoup de «carburant». Il est facile d’arriver à un point où il est facile de prendre du poids. Il faut donc garder cela sous contrôle."