PUB

Ruben Fernandez pourrait rejoindre Honda 114 Motorsports pour 2021

 


La star montante du Grand Prix MX2, Ruben Fernandez, pourrait rejoindre l'équipe Honda 114 Motorsports pour 2021 après avoir impressionné en 2020, son année décisive au plus haut niveau. Fernandez, originaire de Galice, la même région d'Espagne que son ami et compatriote Jorge Prado, serait suivi par deux autres équipes pour la saison prochaine après une série d'excellents résultats cette saison.

Le pilote actuel de SDM Corse Yamaha semble se diriger vers le set-up Honda MX2 géré par Livia Lancelot et créé par le patron du HRC Giacomo Gariboldi. Fernandez rompra avec la structure Yamaha après une série de problèmes mécaniques, contraint de participer à l'épreuve néerlandaise à Valkenswaard avec un moteur de série YZ250F.

Fernandez a profité de la pause de cinq mois causée par le Covid-19 pour intensifier son entraînement et son pilotage (préférant la puissance de la 450) chez lui en Espagne. De retour en action, il s'est mis en avant en MX2 avec un spectacle palpitant lors du troisième GP en Lettonie.

"J'ai été surpris et j'ai terminé 4e aux essais chronométrés et j'ai terminé 3e dans la première manche", a admis le pilote de 20 ans. "J'ai fait une petite erreur dans la deuxième manche, mais c'était la première fois que je menais et c'était une erreur de débutant car j'étais à 100%. Si je pouvais répéter cette course, je referais certainement la même, mais peut-être un peu plus calme, plus détendu et pas exagéré. Ce jour-là, j'ai raté le podium."

Fernandez a montré sa polyvalence avec la 6e place dans la deuxième course de Lommel "La moto compte tellement à ce niveau et je suis aussi un grand garçon", dit-il. "Je me sens plus pénalisé que les autres. Cela dépend aussi de la piste. Si c'est une piste rapide, comme la Lettonie, alors je peux faire la différence, mais avec beaucoup de virages lents - et où il faut "repartir de zéro" - je souffre plus. Ma moto est plus compétitive maintenant qu'elle ne l'était au début de l'année, mais nous ne pouvons pas encore rivaliser avec Yamaha Factory. Jusqu'ici j'ai six "bulles" pour des problèmes avec la moto, sinon ma position au championnat serait meilleure ".

Il cherche à suivre la grande et brillante piste de Prado et à être le deuxième Espagnol à atteindre les sommets du Grand Prix ces dernières années, après les remarquables succès de Jonathan Barragan et Jose Butron en MX2 au cours de la dernière décennie. "Prado est un super talent; tout le monde ne peut pas faire ce qu'il a fait. Je me battais avec lui au niveau junior, puis il a fait un grand pas et m'a laissé derrière. Économiquement, ce n'était pas facile pour moi et ma famille et nous avons dû arrêter de faire la ligue espagnole. J'ai eu un bon soutien d'un sponsor local pour faire une manche du Championnat d'Europe en Grande-Bretagne et j'ai terminé à un point du podium. J'ai eu la chance que F&H m'ait donné l'opportunité de faire les dernières épreuves et j'ai déménagé de chez moi quand j'avais seize ans."

Fernandez a beaucoup appris avec l'équipe usine Kawasaki, mais n'a pas réussi à apporter la maturité et les connaissances pour correspondre au niveau de l'équipe autour de lui. Il sait pourtant qu'il peut atteindre le succès. "J'ai toujours eu la vitesse pour être en tête, quand j'étais chez F&H, j'avais les ressources et la moto, mais je ne connaissais pas la meilleure façon de travailler", admet-il. "Maintenant, étant dans une équipe italienne et plus indépendante, j'ai été plus détendu et j'ai vu ce qui fonctionnait le mieux pour moi. Je sais quoi faire et ce qui est important et je sais que je peux être encore meilleur, surtout au sens physique. J'avais besoin d'apprendre par moi-même, mais maintenant je n'ai pas les ressources que j'avais auparavant avec F&H! Je dois juste tout mettre en place et si je trouve la bonne équipe, je peux certainement faire beaucoup mieux que ce que je fais. Je suis sûr que je peux me battre pour les trois premiers avec une bonne moto."

Fernandez espère désormais qu'un accord avec HRC ouvrira la porte à la prochaine progression de sa carrière.