PUB

5 minutes avec Jay Wilson sur sa nouvelle vie au Japon !


L'ancien champion australien de MX2 Jay Wilson et sa jeune famille ont fait leurs valises et sont partis commencer une nouvelle vie au Japon pour 2022, Wilson devenant pilote de développement, pilote professionnel et mentor pour Yamaha Motor Co.  


Jay, cela fait quelques mois que vous avez déménagé au Japon. Comment s'est passé l'installation?

Cela a été assez mouvementé et c'est l'une de ces choses où vous pouvez l'aborder de deux manières - vous pouvez être tout battu sur le fait que vous ne pouvez pas comprendre les choses ou vous pouvez profiter de l'expérience d'être dans un autre monde et apprendre autant comme tu peux. Nous adoptons définitivement la deuxième approche. J'ai pris l'avion avant ma femme Misty et ma fille Poppy, et dès qu'ils ont terminé la quarantaine, nous nous sommes directement mis à installer une maison tout en essayant de tester les motos et de nous préparer pour les ressortissants du Japon. C'était assez intense avant la Golden Week ici (qui est une grande fête au Japon), mais après cela, on a l'impression de maîtriser les choses maintenant. Je suis allé au Japon pour quelques séjours de deux mois dans le passé, donc je savais à quoi m'attendre d'un point de vue culturel. Honnêtement, j'étais prêt pour un changement et j'étais super excité de saisir cette opportunité. C'est en fait normal de ne pas comprendre toute la langue, je peux juste me concentrer sur mon travail et me concentrer sur ma famille. Tout est une question de nécessité… Si je ne cours pas ou ne travaille pas, nous essayons vraiment de sortir et de voir les choses et de tirer le meilleur parti d'être ici - nous absorbons tout.


Les deux premières manches du championnat All-Japan Motocross sont dans les livres et vous êtes sur une séquence de cinq victoires consécutives dans la catégorie MX2. Comment avez-vous trouvé l'apprentissage des différentes pistes et des pilotes?

C'était assez rafraîchissant de changer de décor, d'apprendre de nouvelles pistes et de rencontrer de nouvelles personnes. Les fans japonais sont tellement cool, dès que vous êtes sur la piste, ils veulent une photo ou quelque chose de signé, mais ils sont tellement respectueux et reconnaissants pour les petites choses, comme un autocollant. Je veux avoir la tête froide et faire de la moto pour gagner ma vie, mais c'est toujours assez humiliant et excitant de découvrir la façon dont les fans apprécient les coureurs. La course a été très amusante et c'est agréable de commencer la saison en force et de montrer ce que vous pouvez faire avec une moto standard. J'ai vraiment apprécié la première épreuve, mais la deuxième épreuve était une piste étroite et serrée et nous avons eu beaucoup de pluie avant. Les qualifications de samedi ont été complètement boueuses, mais j'ai été surpris de la rapidité avec laquelle la piste s'est asséchée pour dimanche. J'ai encore gagné les deux courses, mais j'ai chuté trois fois dans la première course car c'était très glissant. J'étais encore capable de pousser pendant les 30 minutes complètes pour remporter les deux victoires. Ma course au Japon a encouragé tous les coureurs de ma classe à se dépasser, et nous avons même remarqué une amélioration entre le premier et le deuxième tour. Mon rôle ici n'est pas seulement d'être un pilote - le développement de l'appareil EPS est mon objectif principal en ce moment, puis il y a la course, et le soutien et le mentorat des autres pilotes de l'équipe Factory et de tous les pilotes bLUcRU.


Parlez-nous un peu de cet appareil EPS que vous testez. De quoi s'agit-il et comment avez-vous eu l'opportunité de vous impliquer ?

Il y a environ deux ans, j'ai contacté YMC pour lui dire que je souhaitais m'impliquer au Japon et que cela a été un processus depuis pour que cela se produise, en particulier avec le covid. J'ai fait le voyage pour courir la manche de motocross à Sugo et j'ai obtenu un excellent résultat, j'ai ensuite fait quelques tests avec l'appareil EPS. EPS signifie direction assistée électronique. Les quatre pilotes, y compris moi-même, de l'équipe d'usine de Yamaha utilisent l'appareil au championnat All-Japan Motocross et soumettent l'appareil à des simulations de course. Je suis très impressionné par la sensation et les avantages qu'il offre. La stabilité de la moto et la façon dont elle améliore l'ensemble est irréelle. Je suis vraiment très attaché à l'aspect sécurité et je rends la course et le pilotage plus sûres pour les pilotes. Cet appareil améliore vraiment cela.


Comment communiquez-vous sur des sujets aussi détaillés alors qu'il existe une barrière linguistique assez évidente ? Je suppose qu'il y a beaucoup de signaux manuels.

Oui, il y a un peu de ça ! J'ai de la chance que mon mécanicien et les principaux gars de Yamaha puissent tous parler un anglais de base, mais le motocross a de toute façon sa propre langue des signes, donc je peux un peu tromper le système [rires]. Misty et Poppy apprennent la langue beaucoup plus rapidement que moi, car elles sont plus immergées dans la vie quotidienne et l'école.


Être si immergé dans le développement technologique des choses doit également vous donner une réelle appréciation des heures énormes consacrées aux motos de production…

Absolument. La quantité de travail nécessaire à la production est incroyable et cela a été la plus grande révélation. De Yamaha, il y a certainement des choses intéressantes à venir que je suis ravi de voir produire à l'avenir. Pour ma part, je quitte la maison à 7 h 30 et je suis de retour à 18 h 30 tous les jours, et je ne suis qu'un parmi des milliers de personnes travaillant pour Yamaha. J'aime apprendre et j'aime la technologie et je suis tellement passionné par le motocross, donc pour être dans cette position, je ne veux pas le prendre pour acquis.


Combien de temps es-tu au Japon ? Est-ce juste pour un an ou est-ce un déménagement permanent ?

Je suis actuellement sur un contrat de 12 mois, mais j'aimerais rester ici à long terme. Je me suis investi pour Yamaha et j'aime l'entreprise et la marque. Je veux rester avec eux et continuer à travailler pour eux dans le futur, mais nous prendrons les choses comme elles viennent. En attendant, nous allons continuer à profiter de notre séjour au Japon. Nous documentons notre voyage avec un vlog sur ma chaîne YouTube, afin que les gens puissent regarder s'ils veulent voir de l'intérieur à quoi ressemble notre vie ici.