PUB

Andrea Bartolini : La légende Italienne raconte...


Andrea Bartolini fait partie d'une poignée de pilotes italiens capables de remporter un championnat du monde de motocross, et avec leur premier champion en 1984 Michele Rinaldi et leur dernier Antonio Cairoli est membre d'un club très spécial. Bien sûr, ces trois ne sont pas les seuls membres, deux autres Italiens ont également remporté des Championnats du monde, Alex Puzar à deux reprises, Alessio Chiodi à trois reprises.

Malgré sa glorieuse victoire au championnat du monde 500cc en 1999, où il a battu l'imbattable Joel Smets, ce n’était pas une saison où Bartolini s’attendait à être couronné champion du monde ou peut-être même à se battre pour un titre.

"La victoire au Championnat du Monde est arrivée dans une année où j'ai commencé à faire de bons résultats", a déclaré Bartolini. "Je ne pensais pas gagner, car je me suis cassé la cuisse en août 1998 et j’ai dû arrêter de courir jusqu’en janvier 99. Tout le monde, même Yamaha, même Rinaldi (team manager), n’avait pas beaucoup misé sur moi: au début, ils croyaient d'avantage en Alex Puzar. Cependant, j'ai commencé à travailler très dur, jour et nuit, et après deux courses, je menais le championnat du monde, et j'ai donc pensé que c'était peut-être la bonne opportunité de gagner."

La cohérence est ce qui a fait de quelqu'un comme Antonio Cairoli un nonuple champion du monde, et en 1999, c'était le principal objectif de Bartolini car il a vu les erreurs des autres coureurs.

"Je voulais terminer chaque course. La saison 1999, de nouveaux pilotes sont arrivés dans la catégorie 500, comme Yves Demaria, Alex Puzar, et plus, et nous étions six ou sept qui voulaient tous gagner. Je pensais que la seule chose à faire était de terminer chaque course et d’attendre les erreurs des autres. De cette façon, j'ai même remporté des courses et des GP, et à la fin j'étais aussi l'un des plus rapides."

La saison 1999 n’a pas seulement vu Bartolini remporter un titre individuel, mais aussi le championnat par équipe, le Motocross des Nations. C'est une période de sa carrière ou l'Italien était plus fort que jamais.

"À vrai dire, je suis arrivé au Brésil avec la volonté de battre tout le monde, y compris Joel Smets. Il a déclaré à plusieurs reprises qu'il avait perdu le titre uniquement à cause des problèmes de sa moto, pas parce que j'étais plus fort. Alors, j'ai fait mes courses au Brésil pour arriver toujours devant lui."

Bien sûr, Bartolini n’a pas remporté le MXoN seul, il l’a fait avec deux de ses meilleurs amis, Alessio Chiodi et Claudio Federici. Chiodi venait également de remporter un titre mondial dans la catégorie 125cc et était dans la forme de sa vie et Federici était un des dix meilleurs pilotes 250cc.

"Chicco (Chiodi) et Claudio (Federici) sont mes amis, mais durant l'année on a rarement l'occasion de se rencontrer, chacun travaille seul pour atteindre ses objectifs. C’est bien de se retrouver après les championnats du monde, et nous sommes arrivés au Brésil avec la volonté de faire du bon travail, de créer une grande harmonie. Nous avons parlé des motos, des courses, des sponsors, de notre monde. Ensuite, nous nous sommes entraidés avec des suggestions et pour nous assurer que tout le monde faisait de son mieux. Je suis arrivé au Brésil après de longues vacances, et jusqu’au samedi peut-être, nous n’étions pas si sûrs d’être compétitifs pour la victoire. Samedi, j’ai gagné ma qualification, alors que Chicco et Claudio n’ont peut-être pas poussé si fort. Mais le lendemain, nous avons tous fait le maximum et sommes sortis vainqueurs."

Nous voilà donc pas 20 ans plus tard et nous nous dirigeons vers l’Italie pour un triple Grand Prix, mais n’oublions pas ces anciens champions et leurs réalisations en motocross bien avant qu’Antonio Cairoli ne soit là. L'histoire a été gentille avec l'Italie et le motocross et des gars comme Andrea Bartolini en sont une partie importante.

                                                                                                                                                  Geoff Meyer